Login   
Nos syndicats 
Agriculture
AFPA
Transport Aérien
Animateurs sociaux
Cabinets médicaux
CFTU
Commerce (CSECAM)
CTM
BTP
Dockers
Employés de pharmacie
Finances Publiques
Municipaux
Missions locales
Martinique première
Métallurgie
ONF
Pompiers
Produits pétroliers
PROTECTION SOCIALE
PTT (France-télécom et la poste)
RSI
La Santé
SEM-CGTM: Syndicat de l'électricité de la Martinique
SEEMD-Didier
Education SMPE-CGTM
Usine du GALION
Usine de valorisation des déchets
Nos syndicats

Usine de valorisation des déchets



A l’Usine d’incinération, le patron joue avec le feu !

Le responsable du syndicat CGTM et délégué syndical de l’Usine d’Incinération vient de recevoir du directeur de l’usine monsieur Christophe Lebreton une convocation à entretien en vue d’une sanction disciplinaire.
Il faut savoir que le syndicat CGTM a fait de l’amélioration des conditions de travail son cheval de bataille à l’Usine, et cette option ne semble plaire au patron-directeur représentant du groupe VEOLIA en Martinique.
Il faut savoir que les risques dans l’usine sont légions au point où récemment encore le syndicat dénonçait la dégradation des conditions de travail, avec comme conséquence des dommages majeurs tels que des brulures au 3è degrés dû à des départs de feu dans l’usine.
Face à cette situation, les délégués ouvriers ne restent pas sans rien faire, déjà ils ont alerté les services de l’inspection du travail qui se sont déjà rendue sur les lieux, ainsi que le service de médecine du travail. Dans une prochaine démarche les délégués envisagent d’alerter le service des risques professionnels de la Caisse Générale de Sécurité Sociale qui eux devront constater les défauts de conformités qui ne manquent pas.
Toutes ces démarches sont menées pour obtenir la condamnation de l’employeur qui reste sourd aux demandes des représentants syndicaux. D’ailleurs, au cours de l’année 2014 les réclamations ont été portées à la connaissance de ce dernier, sans qu’aucune amélioration n’ait été portée à la situation des travailleurs.
Le dernier tournant, c’est le mouvement de grève dans l’entreprise qui a fait suite à l’échec des NAO. A cette occasion, l’employeur a dû reculer en ravalant sa posture de blocage des négociations qui ont finalement abouti sous le contrôle de l’inspection du travail. Et depuis, Lebreton-l’employeur a tout essayé pour affaiblir le syndicat et chercher à le discréditer.
Durant les mois qui ont suivi le conflit, Lebreton-direction a communiqué à outrance, essayant d’isoler les militants syndicaux CGTM en manœuvrant pour les couper de leurs collègues ou en sanctionnant ceux qui sont proches du syndicat. Cette stratégie, si elle ne réussit pas, illustre tout de même l’état d’esprit qui anime aujourd’hui le dirigeant de l’entreprise : il veut en finir avec le syndicalisme Cégétiste de lutte en sanctionnant les éléments résistants.
Mais que le patron-revanchard se méfie car le syndicat, son secrétaire général et ses soutiens ne se laisseront pas intimider par les représailles annoncées. Par contre ils appliqueront, s’il le faut,  la loi du talion comme antidote pour en finir avec ce climat de sanction qu’ils n’entendent pas laisser s’installer à l’usine.

17-10-2015



Fin de la grève à l’usine de Valorisation des déchets, un accord a été trouvé.


Cliquez pour agrandir

Le conflit social qui a opposé les salariés de l’Usine de Valorisation des déchets à leur direction a été mené avec fermeté par le syndicat CGTM, et par conséquent a produit des résultats.
La grève a débuté le 29 juin et s’est achevée le 2 juillet par la conclusion, à la Dieccte, d’un protocole de fin de conflit qui accorde une augmentation de salaire de 1,6% à compter de janvier 2015 une prime exceptionnelle de 300 euros et des engagements de l’employeur à résorber les problèmes liés à la sécurité des ouvriers.
C’est suite à l’échec des NAO, l’employeur refusant aux ouvriers certaines concessions, que ces derniers ont décidé en assemblée générale de partir en grève. Le syndicat CGTM qui sortait largement majoritaire de l’élection des délégués du personnel, avec une audience de 24 voix sur 30 inscrits, n’a pas laissé trainer les choses, rapidement la décision fut prise par le syndicat et le personnel de bloquer tous les accès à l’usine afin d’empêcher le déchargement des camions poubelle.
Mais il fallait également que les salariés grévistes fassent front aux difficultés. Notamment avec l’employeur, car ce dernier n’a rien voulu entendre lorsqu’il s’est agit de discuter. Son opposition aux revendications des ouvriers fut systématique. Montrant ainsi ouvertement qu’il n’avait rien à « foutre » ni des réclamations des ouvriers, ni de leur mouvement de grève ! Mais également à l’attitude hostile du syndicat CFDT (cadres) qui pour la circonstance a montré son vrai visage. Celui d’un syndicat qui a vendu son âme à l’employeur.
Mais voilà, à peine le mouvement lancé, les conséquences de la mobilisation étaient là. La grève se prolongeant, le centre de décharge de Céron à Sainte-Luce, sollicité par les 300 tonnes de déchets par jour, laissait entrevoir qu’il serait rapidement mis en difficulté. D’ailleurs la décharge à montré très vite des signes inquiétants avec des départs de feu à répétitions créant ainsi un mécontentement grandissant des riverains.
Cette grève était aussi la traduction d’un « ras le bol » des ouvriers, révélateur d’une absence totale de dialogue et de volonté de négocier dans l’entreprise. Le patron, un envoyé de Veolia Environnement, préférant mettre en avant ses aptitudes à la tracasserie qu’à la discussion. Il faut dire, que face à ce potentat, le syndicat CGTM n’a cessé de dénoncer la dégradation des conditions de travail dans l’usine. Des gaz ou des poussières toxiques qui se dégagent régulièrement, et des accidents devenus trop fréquents à cause d’un matériel vieillissant.
C’est quasiment chaque jour, que les salariés révèlent des anomalies ou incidents qui se sont déroulés dans l’usine. Ils sont encore à ce jour inquiet du manque d’intérêt du directeur de l’usine sur les conséquences que peuvent engendrées sur leur santé et leur sécurité les mauvaises conditions de travail.
Bien qu’un bon nombre d’alertes aient été lancées concernant ces conditions de travail, la direction reste sans aucune réponse : absence d’une pompe à incendie, présence des résidus d’épuration des fumées et de toutes sortes de matières cancérigènes (CMR) comme la dioxine, le furane et autres métaux lourds toxiques comme le nickel, le béryllium ou le cadmium.
Le cauchemar qui se vit dans l’usine voit chaque jour s’exprimer un peu plus d’indignation et de colère des travailleurs, alors quant aux suites, il ne faut pas être grand grec pour imaginer les effets, car comme dit l’adage tant va la cruche à l’eau….

12-07-2015

 

TéléchargerProtocole d'accord
Taille : 39 ko - Dernières modifications : 12/07/2015
 

Accueil - La CGTM - Travail - Société - Nos syndicats - Juridique - Se syndiquer - CGTM WEB-TV - International - Contact - Photos - Culture -
© CGT MARTINIQUE