Login   
Nos syndicats 
Agriculture
AFPA
Transport Aérien
Animateurs sociaux
Cabinets médicaux
CFTU
Commerce (CSECAM)
CTM
BTP
Dockers
Employés de pharmacie
Finances Publiques
Municipaux
Missions locales
Martinique première
Métallurgie
ONF
Pompiers
Produits pétroliers
PROTECTION SOCIALE
PTT (France-télécom et la poste)
RSI
La Santé
SEM-CGTM: Syndicat de l'électricité de la Martinique
SEEMD-Didier
Education SMPE-CGTM
Usine du GALION
Usine de valorisation des déchets
Nos syndicats > PROTECTION SOCIALE

Caisse d'Allocations familiales



La CGTM remporte les élections à la CAF Martinique

Les procès-verbaux des résultats complets des Elections professionnelles du 4 juin dernier au CE et à la DP ont rendu leur verdict, pour cette fois encore, la CGTM, confrontée à deux autres organisations syndicale (UGTM et CFDT) a remporté le scrutin.
Au Comité d’Entreprise chez les titulaires pour le collège « employés », sur 154 suffrages exprimés : CGTM = 77 voix, soit 50.00 %, soit 2 élus, CFDT = 29 voix soit 18,8% soit 0 élu, et UGTM = 77 voix, soit 22.%, soit 1 élu.
Dans le collège « cadres » chez les titulaires, sur 69 suffrages exprimés : CGTM = 38 voix, soit 55.07 %, soit 2 élus, CFDT = 12 voix soit 17,3% soit 0 élu, et UGTM = 18 voix, soit 26.%, soit 0 élu.
A la délégation du personnel chez les titulaires pour le collège « employés », sur 154 suffrages exprimés : CGTM = 89 voix, soit 57.00 %, soit 3 élus, CFDT = 24 voix soit 15,0% soit 1 élu, et UGTM = 28 voix, soit 18.18%, soit 1 élu.
Il y a lieu de souligner le fort taux concernant la participation à ces élections tous collèges confondus, car il a été enregistré un taux des suffrages exprimés de 84,61%.
A la délégation du personnel chez les titulaires pour le collège « cadres » chez les titulaires, sur 69 suffrages exprimés : CGTM = 35 voix, soit 50.70 %, soit 1 élus, CFDT = 5 voix soit 7,24% soit 0 élu, et UGTM = 26 voix, soit 37.68%, soit 1 élu.
C’est donc une très large victoire qui est le signe de la confiance qu’accorde les salariés de la CAF à la représentation CGTM mais c’est également une manifestation qui rappelle que la représentativité de la CGTM/CAF sur l’ensemble des élus c’est 66,66%.
Mais il y a lieu d’observer que si la CGTM remporte largement ce scrutin c’est qu’il y a une autre signification, et pas des moindres, car elle traduit également l’adhésion très forte des salariés à la politique que mène le syndicat. C’est le fruit du syndicalisme de proximité et de lutte ce que mène la CGTM/CAF et qui correspond parfaitement à ce que les salariés attendent du syndicat.
En clair, c’est le soutien à un syndicat qui joue un rôle décisif dans la gestion des carrières des agents, notamment, la rémunération, l’avancement, et la formation.

25-06-2015



Le mécontentement grandi à la CAF, jour après jour la colère prend le pas sur la résignation !

Depuis plusieurs mois, rien ne va plus à la Caisse d’Allocations Familiales de Martinique. La CAF dysfonctionne, parce que la politique générale menée par le directeur ne répond pas aux problèmes posés, la conséquence immédiate, c’est l’empoisonnement au quotidien de la vie des salariés.
 
Il y a quelques mois déjà, en avril dernier, on s’en souvient, le syndicat CGTM-CAF 972, lors d’une conférence de presse, exprima à cette occasion le climat d’exaspération qui envahissait l’ensemble du personnel, mécontent du comportement autoritaire de l’actuel directeur de l’organisme.
 
En effet, la dénonciation des difficultés croissantes que rencontre les salariés de la Caf  depuis la mise en place d’organisations qui ne produisent que des dysfonctionnements, a eu pour conséquences de déclencher des formes d’intimidations contre les salariés et les représentants du personnel.
 
C’est ainsi qu’un climat de terreur c’est installé dans cet organisme de sécurité sociale.
La situation de l’accueil n’a cessé de se dégrader, et ce, dans un contexte social extrêmement préoccupant.
 
En ce moment, les allocataires sont obligés de se présenter à l’aube et doivent prendre leur mal en patience sur de très longues files d’attente.
 
C’est l’accueil sur RDV qui est privilégié et les bornes installées aux quatre coins de la Martinique, qui prépare le terrain de la politique scélérate des suppressions de postes.
 
L’allocataire n’est pas ménagé et sa situation se détériore, car le caractère social de ces organismes est entrain de disparaître.
 
Que fait le conseil d’administration dont le rôle de contrôle du service à l’usager est prépondérant ?
 
Sa composition patronale accompagne sans défiance la politique du directeur, quant à son président qui relève du collège salarié, il agit sans compter pour faciliter la politique du directeur qui aujourd’hui, pour tenter de dissimuler son incompétence veut charger de tous les maux un sous-directeur qui fait office de bouc émissaire responsable des dysfonctionnement..
 
Le plus surprenant, c’est l’attelage Directeur/Président puisque ce dernier malgré son appartenance au collège salarié, étale au grand jour et sans vergogne sa collusion tant avec le directeur qu’avec le patronat MEDEF en tête !
Mais aujourd’hui cette alliance de la carpe et du lapin tourne mal, car à l’occasion du dernier Conseil d’administration un vote majoritaire à condamné les méthodes litigieuses utilisées par le Directeur et le Président.
Dans les couloirs, au réfectoire ou autres lieux de rencontres les salariés s’expriment de plus en plus pour dire qu’ils ne sont pas dupes, qu’ils ont compris que par sa politique, le directeur cherche à se soustraire de son échec personnel en tentant d’accabler d’autres à sa place.
 
D’ailleurs, de nombreux rapports faits par des cabinets indépendants l’attestent.
 
-          Un rapport d’audit alarmant (un organisme placé parmi les meilleurs de France se retrouve parmi les derniers au classement) de nombreux manquements et dysfonctionnements relevés.
-          Un rapport sur les risques psychosociaux qui dévoile que la situation à la caf de la Martinique est grave.
-          Une mise en demeure de la DIEECTE sur les cas de souffrance au travail.
-          Des alertes du CHSCT sur des actions urgentes non entreprise et qui relève de la décision de l’employeur.
 
La question qui se pose est la Caisse nationale peut-elle encore ignorer ce qui se passe à la CAF-Martinique ? Peut-elle longtemps encore soutenir l’inacceptable ?
 
Quant aux agents il y a quelques semaines se disaient à bout de souffle, déprimés, en souffrance, en fait ils exprimaient un sentiment diffus de révolte et de résignation !
 
Mais au train où vont les choses, aujourd’hui ils sont quasiment tous convaincus que toutes les provocations qui sont faites à leur encontre les conduiront fatalement à agir, et ce choix qui s’imposera tôt ou tard est sans doute la seule voie de salut pour qu’ils s’en sortent indemne de ce climat détestable qui s’installe lentement mais surement !

29-09-2013
 



La CAF de Martinique : une politique d’accueil inacceptable de part et d’autre du guichet.

Triste constat, aujourd’hui à la CAF de Martinique l’accueil des usagers est aussi déplorable que les conditions de travail de ses agents. En effet, actuellement le nombre d’usagers de la CAF se chiffre à 96.500, soit une augmentation de 3,36% par rapport au chiffre de 2004 (Source : Cnaf-Dser - Champ Caf.). Par effet d’entrainement, l’écho immédiat de cette situation c’est l’accroissement de la charge de travail avec un nombre incalculable de pièces à traiter, mais le paradoxe, c’est que dans le même temps l’effectif salarié de la Caisse n’a cessé de diminuer.
Cette situation entraine nécessairement des difficultés de fonctionnement, puisque lors d’une conférence de presse le 16 avril dernier le syndicat CGTM-Caf, a fait état d’un solde de 15 000 dossiers qui se sont accumulés, traduisant ainsi l’état dégradé dans lequel se trouve aujourd’hui l’institution.
Pour répondre à cette problématique du solde, la direction de la CAF Martinique a décidé, à plusieurs reprises, de fermer les guichets d’accueil, pour rediriger les agents d’accueil vers les dossiers à traiter. Ce choix est largement désapprouvé et par les allocataires qui de ce fait ne sont plus reçus aux guichets mais également par les agents qui dénoncent ce placébo qui ne règle en rien la situation.
Car d’évidence, cette situation sans cesse croissant des allocataires qui affluent vers les centres d’accueil de la CAF est sans conteste, le résultat direct de l’augmentation de la pauvreté dans notre pays. C’est dire que le mal sera durable et que ce ne sont pas des artifices, tel que le nomadisme du personnel de l’accueil à la liquidation qui résoudra ce problème.
La CAF se trouve donc en première ligne face aux effets de la crise, et les agents sont appelés à faire plus avec moins.Dans une optique de réduction des coûts, la direction parle : « d’externalisation, de mutualisation et de tout un tas de méthode (borne, cybercafé, internet etc) » qui permettraient soi-disant d’arriver à « une efficience des services".
Mais dans la réalité il n’en est rien, ne sont visiblesque les dysfonctionnements. Le constat est que ce service public, qui se veut de proximité, est en déliquescence en Martinique,contraignant les allocataires à des déplacements inutiles longs et coûteux pour leurs bourses déjà maigres.
Quant au personnel, dans la pratique il est soumis à une pression du chiffre et du rendement, parfois poussée jusqu’à l’absurde. Il est dit couramment que : « Mieux vaut régler un appel téléphonique en deux minutes sans apporter de réponse, que de prendre le temps de répondre», il est aisé de comprendre qu’un tel procédévaensuite en obliger l’allocataire à se déplacer en agence ou à faire un courrier.
Avec le retard dans le traitement des dossiers et la multiplication des erreurs, le mécontentement s’exprime de plus en plus souvent au guichet. « Les incivilités et les agressions se multiplient ». Par ailleurs, concernant les agents,la dégradation de leurs conditions de travail fait qu’aujourd’hui la Caf de Martinique est au bord de l’explosion.
Ce climat est insoutenable, car tout en disant qu’il n’y pas moyen de faire différemment, l’Etat accorde des milliards aux banques. Au moment où les plus pauvres n’arrivent plus à nourrir leurs familles, des voix commencent s’élever pour dire que cela ne peut plus durercar un jour où l’autre, il va y avoir une révolution en Martinique !!!


20-05-2013



La CAF à guichets fermés ou comment la direction cultive le cynisme à l’égard des démunis !

Désormais, la CAF Martinique travaillera plusieurs jours à guichets fermés pour tenter de résorber son stock de 16 000 dossiers qui seraient en attente d'être traités par les services depuis la fin de l'année 2012.
Surprenante est cette décision de fermeture des locaux au public ! Pour les allocataires qui fréquentent quotidiennement les accueils de la CAF, c’est soit pour espérer gagner du temps, ou encore pour y prendre des nouvelles de son dossier, c’est compris, inutile de se présenter aux différentes antennes de cet organisme, ils trouveront portes closes, par décision de la direction.
C’est clair que cette situation de retard dans les dossiers, n’arrangeait pas les relations au quotidien entre allocataires et agents d’accueil de la CAF, car mécontents du manque de réponses et d'éléments, face à leur situation, le ton ne manquait pas de monter à chaque incident.
Pour autant la situation va-t-elle durablement s’arranger à partir de cette décision ? On peut en douter, car de toute façon, l’explication principale à cette inflation de dossiers est que le nombre d’allocataire tout comme celui de la population, n’a cessé d’augmenter ces dernières années 93.253 allocataires au 31 décembre 2004 (Source : Cnaf-Dser - Champ Caf.) et aujourd’hui plus de 96.500, soit une augmentation de 3,36% du nombre d’allocataires, alors que dans le même temps, les effectifs de la Caisse ne cessent de diminuer !
L’organisation syndicale CGTM après avoir mobilisé le personnel, a réclamé plus de moyens, car nul n’ignore que le retard dans le traitement des dossiers est lié à la demande sociale pressante qui n’a cessé d’augmenter la charge de travail.
Par conséquent, il était inconcevable de voir les dirigeants de la CAF faire des économies en réduisant les dépenses d’effectifs, alors qu’au même moment la situation exigeait de traiter des dossiers supplémentaires et donc d’augmenter en conséquence le personnel.
 
Bien sur un accord a été trouvé dans la foulée, entre direction et syndicats pour que durant cette fermeture provisoire, des mesures transitoires soient appliquées pour régulariser plus durablement la situation. Il reste donc que l’organisation syndicale devra rester vigilent pour que la position obtenue soit maintenue sans subir de recul à l’avenir, ni de nouvelle cessions de fermeture.

20-04-2013



Protocole d’accord sur le fonctionnement du dialogue social au sein de la CAF Martinique

Les agents de la Caf, employés et cadres, ont été mobilisés pendant plusieurs mois pour dénoncer des conditions de travail qui n’ont cessé de se dégrader depuis l’arrivée d’un nouveau Directeur en 2010. Une forte participation du personnel a permis que leurs revendications soient prises en compte.  Nous vous présentons aujourd’hui, le protocole d’accord sur le fonctionnement du dialogue social au sein de l’institution.

Bookmark and Share
Protocole d'accord 2012


CAF : la mobilisation des salariés a permis d’aboutir à un protocole d’accord.

Le conflit social qui a débuté à la Caf le 28 Juin dernier vient de connaitre son épilogue par la signature entre les parties d’un protocole d'accord le 19 septembre.
Il faut se souvenir que les agents de la Caf, employés et cadres, étaient mobilisés pour dénoncer des conditions de travail qui n’ont cessé de se dégrader depuis l’arrivée d’un nouveau Directeur en 2010.
Plusieurs revendications avaient été portées à la connaissance du directeur : les pressions, les intimidations, le harcèlement, le manque de transparence dans la politique de promotion interne ou encore la non prise en compte des risques psychosociaux.
Las des atermoiements du directeur, les grévistes avaient exigé la présence d’un médiateur afin de facilité le « blocage » de la situation, mais également pour marquer leur défiance au directeur qui s’était un peu trop fait remarquer.
Ce dernier, acculé par l'ampleur de la mobilisation et la détermination des syndicats, n'a pas eu d'autre choix que d'accepter la médiation/conciliation diligentée par l'Etat (DIEECTE) avec la présence directe d’un inspecteur du travail.
Au terme des discussions, un certain nombre d’engagements ont été pris et leur mise en œuvre sera évaluée dans le cadre d'un comité de suivi se réunissant une fois par mois.
En conclusion on peut dire que ce mouvement qui a été suivi par plus de 80% de salariés, et que son ampleur, a été un sévère avertissement adressé au Directeur, l'invitant ainsi à changer ses pratiques professionnelles et à arrêter ses pratiques d’un autre temps.
Aujourd'hui, grâce à la forte mobilisation les conditions d’un dialogue serein semble se dessiner, mais il va de soi que pour l’ensemble des salariés, seul leur vigilance permettra de préserver cette situation sur un plus long terme.
 
22-09-2012



Les salariés restent mobilisés à la CAF-Martinique.

Depuis le 28 Juin 2012, les agents de la Caf sont mobilisés pour dénoncer des conditions de travail qui n’ont cessé de se dégrader depuis l’arrivée d’un nouveau Directeur en 2010.
Ils réclament une médiation, permettant de sortir d’une situation de blocage et de faire émerger des garanties suffisantes sur les points suivants :   
-l’arrêt immédiat des pressions, intimidations et du harcèlement de la direction qui génèrent la souffrance au travail.
-une organisation du travail plus cohérente qui respecte les missions de chacun.
-une véritable transparence dans la politique de promotion interne et de recrutement.
-la mise en œuvre des recommandations du rapport d’expertise commandé en 2010 par le CHSCT et des préconisations formulées par l’inspecteur du travail en 2012, en lien avec les risques psychosociaux.
-le retour vers un management soucieux de la cohésion des unités de travail et du respect des individus.
-le respect des Instances Représentatives du Personnel (transmission des documents de travail, respect des accords, consultation systématique du CHSCT sur tout projet de réorganisation,...).
Après une participation inédite de 80% du personnel au mouvement de grève du 28 Juin dernier, c’est plus de 60 % des agents (cadres et non cadres) qui débrayent pendant 55 minutes tous les jeudis.
Ces indicateurs sont significatifs du grand malaise qui règne au sein de l’organisme depuis plusieurs mois déjà !
Le personnel déterminé et mobilisé annonce pour les prochains mois un mouvement de grève non limitée. Il est clair que la direction de la CAF sera le seul responsable des conséquences dommageables pour le service public de la Caf, en l’absence d’une médiation nationale visant à régler définitivement ce conflit.
 
28-07-2012



La CGTM CAF-et l’UGTM, appellent le personnel de la Caisse d'allocations familiales à rester mobilisé.

Les syndicats à la CAF ont donc décidé de rompre le dialogue social avec la direction locale de la Caf, menée par Marcel Mangatalle. Et pour montrer leur détermination, les syndicats ont décidé d’appeler les travailleurs à reconduire leur mouvement de protestation chaque semaine sous la forme d’un débrayage de 55minutes.
C’est juste pour donner la gifle qu’il fallait à une direction peu courtoise et qui s’était de plus illustrée en se montrant sourde aux réclamations des travailleurs.
Car les revendications qui jusque là étaient ignorées par la direction, concernent bien le quotidien des salariés, soient : « les mauvaises conditions de travail, le non-respect des instances représentatives du personnel, et les pressions ou intimidations subies par ce personnel ».
Encouragé par la dernière mobilisation qui avait réuni plus de 85% du personnel, les travailleurs et leurs syndicats ont en assemblée générale décidé de poursuivre l’action. Aujourd’hui, la demande a été portée en plus haut lieu, il s’agit d’obtenir de la Caisse Nationale, une médiation qui devra permettre de sortir de cette situation inacceptable.
Et en attendant que les dirigeants de la CNAF se prononcent, les travailleurs ont fixé leur cap, ce sera 55 minutes d’arrêt chaque semaine et rien d’autre, ca va être le traitement pour contraindre la direction locale à retrouver le chemin de la raison !

07-07-2012



Succès de la journée de grève à la Caisse d’Allocations Familiales.

Voilà une journée dont se souviendra le directeur, murmuraient les salariés de la CAF rassemblés devant le bâtiment principal situé au quartier Place d’Armes au Lamentin.
Cette journée de mobilisation voulu par les syndicats et très suivi par les travailleurs, était une alerte à l’adresse des dirigeants de la Caisse Nationale des Allocations Familiales, car disent les syndicats, « le directeur a perdu tout crédit, et ne mérite pas d’être notre interlocuteur » !
Le sentiment c’est un ras-le bol général, car les salariés disent qu’ils en ont assez du comportement quasi dictatorial de l’actuel directeur de l’organisme. Ce monsieur, imbu de sa personne, veut à tout prix imposer ses mesures d’organisation, et ses redéploiements d’effectifs sans concertation avec les syndicats
Et c’est là que le bât blesse car ce comportement fait que le climat se dégrade, du point de vue des conditions de travail, et ça, plusieurs expertises confirment l’existence d’une situation de plus en plus insoutenable par les travailleurs.
Mais le directeur qui ne voit les choses que de très loin, refuse  d’admettre ses erreurs, et joue la confusion en essayant d’opposer les travailleurs aux syndicats, ce qui est très mal vécue par les personnels.
Aujourd’hui encore, il semble aller au-devant de nouveaux problèmes, en voulant créer des difficultés aux agents. C’est ainsi, qu’il a fait passer des consignes pour que des responsables de service, par des relevés de résultat, soient conduits à sanctionner ceux qui ne produiraient pas assez à ses yeux.
Les syndicats considèrent que ce comportement est inacceptable et ne fait que disqualifier un peu plus l’actuel directeur.
Le dialogue est donc rompu avec ce dernier. Mais pour manifester dans les semaines à venir leur désapprobation des mesures qu’il envisage, les syndicats appellent les travailleurs, à arrêter de travailler durant 55 minutes chaque semaine, et ce jusqu’à ce que la direction de la Caisse Nationale des Allocations Familiales intervienne et sanctionne ce directeur qui devient de jour en jour un peu plus indésirable.



Préavis de grève à la Caisse d’Allocations Familiales.

Les syndicats de la CAF : CGTM et UGTM ont déposés un préavis de grève sur le bureau du directeur le vendredi 22 juin, l’intention du mouvement, est de faire cesser le comportement quasi dictatorial de l’actuel direction de l’organisme.
En effet les syndicats disent observer des situations de souffrance au travail ou de harcèlement qui se reproduisent. Cette situation, pour eux, est la conséquence du comportement du directeur qui impose par des mesures d’organisation, et des redéploiements du personnel en dépit du bon sens.
Le climat est chaud, d’autant que des expertises donnent raison aux syndicats. Après un expert désigné par le CHSCT, c’est aujourd’hui l’Inspection du travail qui corrobore ce constat de plus en plus insoutenable par les travailleurs.
Le directeur pour faire passer la pilule a tenté d’abuser les salariés en leur faisant croire que les syndicats avaient validé son plan scélérat. Ces propos mensongers du directeur ont été très mal vécus par les personnels considère qu’il faut le sanctionner.
Il est donc évident que ce nouvel écart de Marcel Mangatalle a contribué à mettre le feu aux poudres car ses abus de langage, ses comportements inadaptés irritent de plus en plus les syndicats et le personnel qui veulent cette fois ci marquer le coup en mobilisant massivement lors de la journée de grève le jeudi 28 juin prochain.
Les syndicats considèrent que la direction de la CAF s’est disqualifiée à leurs yeux, et rompt tout dialogue avec celle-ci. C’est pourquoi, afin de remettre les pendules à l’heure, elles exigent une intervention de la Caisse Nationale dans un délai de deux mois, et dans l’hypothèse où la situation ne serait pas réglée dans l’intervalle, les syndicats appelleront à une mobilisation mais cette fois ci en septembre et là ce sera une toute autre histoire, car le mouvement cette fois sera illimité !

23-06-2012
 

Préavis de grève


Mobilisation des travailleurs de la Caisse d’Allocations Familiales.

Aujourd’hui, les incivilités sont relativement fréquentes dans les lieux d’accueil de la Caisse d’Allocations familiales et cette situation a déclenché le ras-le-bol des agents en colère.
Alors que la semaine dernière une femme enceinte a été prise à partie par un allocataire, cette semaine encore rebelote, d’autres agressions sont venues mettre en actualité les conditions inacceptables que vivent les salariés de la CAF Martinique, depuis que la direction a décidé de la fermeture de certains points d’accueil.
Cependant, s’il est vrai que c’est régulièrement que les agents d’accueil de la CAF Martinique se font insulter, injurier ou menacer, il faut observer que cette situation se reproduit également sur d’autres lieux de travail : les services de transport en commun, les services d’urgences des hôpitaux, les points d’accueil EDF et parfois même les services de secours sapeurs pompiers sont concernés.
Bien entendu ces attitudes irrespectueuses et parfois violentes sont condamnables, mais comment ne pas voir là, l’un des effets de la dégradation des services publics ?
Dans cette période de crise ou le travail se raréfie, où même la solidarité des réseaux familiaux se dissous progressivement, l’aide à la famille de la CAF est devenue pour les foyers les plus démunis un revenu quasiment essentiel.
Et par conséquent, pour celui qui est dans l’urgence du besoin, tout retard de paiement, ou toute attente prolongé dans les guichets devient éternité. La CAF explique les causes de ces retards par le réseau informatique qui bug, ou encore par les formalités de déclaration de ressources qui ne parviennent pas à temps. Et bien que ce soit l’objet de l’exaspération s’installe on observe que ceux qui trinquent ne sont pas ceux qui boivent.
Car il faut savoir que récemment, la direction de la CAF Martinique a prit la décision de fermer des centres d’accueil, sans doute parce que c’est la « crise », et qu’il faut faire des économies et supprimer des emplois. Mais le paradoxe c’est qu’alors que l’emploi régresse à grand pas à l’inverse, le chômage progresse et fait grimper la statistique « allocataire » !
Aussi, considérant que cette réalité n’était pas de leur fait, les agents de la CAF ont exercé leur droit de retrait en signe de mobilisation. Et il faut croire que leur action était appropriée, puisque le coupable s’est dévoilé. Le directeur Marcel Mangatalle, s’est bien trouvé contraint de déclarer sur les ondes : qu’il était conscient de la situation et soucieux de la sécurité des salarié et d’annoncer, qu’il s’engageait à renforcer les moyens existants et de réfléchir à une organisation plus « efficace » pour assurer de bonnes conditions de travail au personnel.
 
 
18-02-2012



Succès aux élections pour le syndicat CGTM de la CAF Martinique

Le 14 juin 2011 les salariés  de la CAF ont voté majoritairement pour la CGTM, c’est ainsi la 3e élection depuis 2005 qui place la CGTM en 1ere place dans la représentation syndicale des travailleurs. Les résultats sont les suivants.
DP
Collège cadre : 1 siège sur 2
Collège salarié : 4 sièges sur 5
CE
Collège cadre : 1 siège sur 2
Collège salarié : 2 sièges sur 3
A noter l’arrivée en nombre  de nouveaux adhérents surtout parmi les cadres, tout laisse à penser que ceci est la conséquence  des différents  projets présentés par la direction qui déstabilisent l’encadrement et inquiètent  fortement le personnel.  

Liste des élus


Ca bouge dans les CAF en France !


Motifs de l'action : Le 27 mars, le personnel a débrayé 55 minutes pour appuyer les négociations annuelles obligatoires et rappeler à la direction, qui semblait l'avoir oublié, que nos revendications portait sur les salaires.
Taux de grévistes : plus de 40% Un nouveau préavis de grève a été déposé pour le jeudi 10 avril, renouvelable toutes les semaines, afin d'amener la direction à faire des concessions.
 
Motifs de l'action : pour les retraites : 30 % de grévistes
 
Motifs de l'action : Aujourd'hui, veille de notre grève, nous avons reçu l'information suivante : "Cette année les journées du 1er Mai et de l'Ascension coïncident. l'UCANSS a informé les organismes du principe de non récupération de l'une ou l'autre de ces deux journées fériées, sauf accord local le prévoyant.
Bien que notre organisme n'ait pas d'accord spécifique à ce sujet, la Direction, en lien avec les autres organismes du Havre, a décidé de donner une journée de congé exceptionnel d'une durée de 7 H 12 proratisable à la durée hebdomadaire du contrat de travail en vigueur au 1er Mai.

Accueil - La CGTM - Travail - Société - Nos syndicats - Juridique - Se syndiquer - CGTM WEB-TV - International - Contact - Photos - Culture -
© CGT MARTINIQUE