Login   
Travail 
Conventions collectives
Accords collectifs
Syndicalisation délégué
Contrat de travail
Santé-travail
Chômage Emploi
Archives-Luttes
Travail > Archives-Luttes > Grève générale à l'appel du "Collectif du 5 février"

Les déclarations


Les déclarations | Les accords | Diaporama | Photo-Vidéo-Son | Chaine pétrolière


Préfecture: Comité de suivi des prix BCBa le 24 février 2010

Objectif : Mettre au point, les modalités de pérennité et d’évolution de l’accord.
L’ordre du jour est le suivant :
1) conséquences des reprises en cours des magasins du groupe CORA
2) Fonctionnement du site et mise à jour des listes et prix
3) Point sur les problèmes d’évolutions des prix
4) Point sur les problèmes de ruptures provisoires (1 semaine) ou définitive (remplacement des produits)
5) Autres besoins d’évolution
Lire le compte-rendu dans le document qui suit

Comité de suivi des prix BCBa


4 août : 1ère Réunion en préfecture du comité de suivi du "collectif du 5 février"


Cliquez sur l'image

Parmi les sujets débattus : l’accord sur la prime de vie chère, l’application du RSTA, le prix des carburants, l’application de la baisse des prix dans les grandes surfaces…ainsi que les points n’ayant fait l’objet d’aucun accord.
Ecoutons les explications de G. JOACHIM-ARNAUD (Cliquez sur l'image pour accéder à la vidéo)



Application de l’accord régional interprofessionnel sur les rémunérations des salariés du secteur privé de la Martinique.

Des employeurs essayent de torpiller l’accord sur les salaires en jouant sur plusieurs tableaux par exemple sur la CSG ou la CRDS, ou en diminuant la prime par rapport aux absences….  Soyons vigilants.


Ecoutons les explications précises de G.  JOACHIM-ARNAUD



MOBILISONS NOUS MASSIVEMENT POUR LA MANIFESTATION
Samedi 3 Octobre - 9 Heures - Maison des Syndicats


Cliquez pour agrandir

La prime n’est pas versée selon l’accord
Les articles BCba sont rares dans les grandes surfaces
Un marché et une consommation sous contrôle des profiteurs
Six mois après, l’essence recommence à augmenter excessivement
Le compte n’y est pas !
Salarié(e)s, du privé comme du public, jeunes, chômeurs, chômeuses, retraité(e)s !
La CGTM appelle tous ses membres à assurer massivement le succès de cette manifestation



PREPARONS-NOUS A LA MOBILISATION !


Travayè Matinik, la vi-a vini tro rèd pou nou 
Annou mobilizé!
 
Nous vivons aujourd’hui une crise sans précédent qui n’est pas prête de s’arrêter.
Le chômage s’aggrave et de nombreux licenciements s’annoncent encore. Les prix des produits augmentent sans cesse, alors que nos salaires et nos retraites ne suivent pas. Les emplois deviennent de plus en plus précaires. SARKOZY et son gouvernement nous attaquent  de toutes parts. Ils réduisent notre protection sociale, ils démantèlent la fonction publique, ils viennent de supprimer les 35 heures, ils ont déjà allongé le nombre d’annuités pour la retraite, ils ont modifié le code du travail. Tout cela dans l’intérêt de leurs amis capitalistes.
Tout le monde est touché, y compris ceux qui se croyaient à l’abri.
Mais heureusement, dans de nombreux secteurs des travailleurs se mobilisent déjà et d’autres se préparent à le faire.
      Dans l’éducation : plus de 250 postes supprimés à la prochaine rentrée, ce qui dégradera les conditions de travail des enseignants et les chances de réussite de nos enfants. La mobilisation se poursuivra dans ce secteur.
      Dans l’agriculture : après les nombreuses fermetures d’exploitations bananières avec leurs cortèges de licenciements – après le refus des patrons de généraliser la prime exceptionnelle de 1.000 €, voilà qu’aujourd’hui ils refusent de signer un accord pour mettre en place la retraite complémentaire.
      Dans le secteur de la santé : Le sous effectif permanent entraine des dysfonctionnements, les mauvaises conditions de travail affectent l’organisation des services mais aussi la qualité des soins. Et cela ne va pas s’arrêter avec le rapport LARCHER et les dispositions que prépare actuellement ce gouvernement, sous prétexte de bonne gestion des hôpitaux. Pour défendre le service public ainsi que leurs droits, les travailleurs préparent la riposte avec l’intersyndicale de la santé.
 
      Dans le secteur des stations services : Malgré leurs engagements les patrons n’ont pas la volonté d’aboutir à la signature d’une convention collective spécifique aux stations services de Martinique. Les travailleurs pendant ce temps voient s’envoler le prix du carburant et les bénéfices des multinationales, sans pour autant voir leur salaires augmenter en conséquence. Pire, certains patrons n’appliquent pas l’accord sur la réduction du temps de travail et emploient des jeunes au noir. L’emploi des travailleurs de ce secteur est en danger avec les mauvaises intentions affichées par les gérants d’automatiser les pompes. Mais là aussi la mobilisation se prépare activement.
 
      Dans l’hôtellerie : il s’agit d’un plan de démantèlement doublé d’une vaste escroquerie. En effet, les capitalistes font des montages administratifs et financiers pour faire fonctionner les hôtels. Ils saucissonnent un même hôtel en trois sociétés (les murs, la gestion administrative et financière et la gestion commerciale). Leur objectif étant de faire de superprofits, mais aussi et surtout d’empêcher l’organisation des travailleurs. Aujourd’hui, dans plusieurs hôtels, les salariés ne savent plus qui est leur patron.
 
      Les agents de sécurité : après avoir mené une lutte très dure en début d’année, il existe un grand mécontentement, car de nombreux patrons refusent d’appliquer les accords signés. Ils feront là aussi parler d’eux dans les prochains jours

Nous, l’Intersyndicale organisations syndicales de Martinique, après les différentes réunions d’information que nous avons tenues depuis novembre 2007 sur tout le pays, pensons qu’il s’agit pour les travailleurs de se rassembler pour un puissant mouvement d’ensemble pour exiger une véritable amélioration de nos conditions de vie, en particulier :
 Pour une augmentation substantielle des salaires, des pensions et des minimas sociaux.
Par l’embauche définitive et à durée indéterminé des « précaires », le remplacement des départs à la retraite, l’arrêt des heures supplémentaires et des créations d’emplois.
Nous appelons l’ensemble des travailleurs des entreprises privés comme publiques à se préparer pour cette action prochaine !

CGTM  - CDMT – CFDT – CFTC – CGTM/FSM - CSTM – UGTM - UNSA



Pour la baisse des prix sur l’ensemble des produits de première nécessité

Le comité de suivi pour la baisse du prix du carburant, a tenu une conférence de presse le vendredi 19 décembre. L’objectif affiché est d’élargir le groupe pour la mobilisation en faisant appel à d’autres associations, aux syndicats de salariés, aux groupements des petits commerçants pour programmer une grande manifestation dans le courant du mois de janvier. L’objectif décidé par le Comité de suivi est en plus de la réduction des prix de carburant et produits pétroliers d’obtenir également une diminution des prix des produits de première nécessité. En effet le prix du pétrole brut a baissé de 70% en passant sous la barre de 40 euros pour le baril, et puisque les augmentations des prix de nombreux produits ont été justifiés par l’augmentation des matières premières, le comité réclame une baisse de 70% pour l’ensemble des produits de première nécessité.
Une rencontre est programmée pour le 5 janvier 2009 à 17 h00 à la Maison de syndicats.



PREPARONS ACTIVEMENT LA MOBILISATION GENERALE A COMPTER DU JEUDI 5 FEVRIER.

Depuis plusieurs mois déjà, l’intersyndicale des centrales : CGTM, CDMT, CSTM, UGTM, UNSA, CFTC, CFDT, CGTM-FSM a mis en préparation un mouvement de riposte pour l’amélioration du pouvoir d’achat mais également contre la dégradation des conditions de vie des travailleurs des chômeurs et des retraités.
 
Les travailleurs, la population, en ont assez de se faire prendre pour des vaches à lait, ou des moutons ! Les salaires, les pensions, les allocations n’ont même pas été réévaluées au niveau de l’inflation. Chaque jour le pouvoir d’achat est amputé et se réduit comme une peau de chagrin, alors que les grands groupes commerciaux annoncent ici des bénéfices records.
 
Et c’est pour changer cette situation qu’une mobilisation s’engage dès le jeudi 5 février 2009, par un grand rassemblement à la Maison des syndicats.
 
Elle est appelée sous la forme d’un mouvement revendicatif dont la reconduction sera décidée chaque jour en assemblée générale plénière par les grévistes eux mêmes.
D’ailleurs c’était pour faire le point sur l’état de préparation du mouvement, qu’une rencontre des élus de base des centrales s’est tenue le jeudi 15 janvier à la Maison de la culture du Lamentin. Et là, on a pu vérifier que l’organisation du mouvement battait son plein dans les entreprises, mais qu’il fallait encore poursuivre l’action de sensibilisation afin d’entraîner un maximum de travailleur dans la lutte.
 
Le moment de se mettre debout a sonné pour tous ceux qui en ont assez, c’est pour eux le moment de dire à ces messieurs qui nous contraignent à des conditions de vie désastreuse que ça doit s’arrêter !
Par notre action, Refusons désormais de faire les frais de leur politique !
 
 
























PARTOUT, PRÉPARONS NOUS A EXIGER UNE AUGMENTATION CONSÉQUENTE DES SALAIRES,
DES PENSIONS ET DES MINIMA SOCIAUX

PARTOUT FAISONS LE RELEVÉ
DE NOS REVENDICATIONS CONCERNANT L’EMPLOI

La vie est chère et le devient encore plus. Le gouvernement au service du patronat n’arrête pas de prendre des mesures pour dépouiller les masses laborieuses et pour renflouer les caisses et les comptes des capitalistes les plus riches. (Dernier acte la baisse du livret A de 2 points).
 
Il y a la crise économique aigüe mais elle n’empêche pas les capitalistes de poursuivre leur spéculation.
Toutes les déclarations sur le contrôle des agissements de ces messieurs et des financiers, c’est de la poudre aux yeux pour faire croire aux masses que le gouvernement veut redresser les plus voyous des capitalistes.
 
Il n’en est rien. Tous les jours et bien souvent à la moitié du mois, il nous faut calculer pour ne pas être trop à découvert.
Pour se nourrir, il faut s’endetter tellement les produits de première nécessité ont augmenté.
Pour se soigner, cela devient problématique. Les remboursements se réduisent régulièrement pour ceux qui peuvent payer une Mutuelle, leur porte monnaie sera à nouveau mis à contribution.
Pour se loger, il faut mettre la moitié de nos revenus. L’Education Nationale, la Poste sont les autres secteurs où le gouvernement a décidé cyniquement de réduire les prestations, les services faits à la population.
Pour tous ces services et prestations, nos impôts directs et indirects devraient largement suffire.
Ce n’est pas le cas pour l’unique raison qu’une partie de cet argent est mis au service des exploiteurs, des capitalistes les plus riches.
C’est comme les ressources de la Sécurité Sociale qui sont détournées à tel point qu’elle affiche un « faux » déficit de 11 milliards que le gouvernement fait payer par la population et les travailleurs des hôpitaux.
Ce que nous subissons n’est pas une fatalité c’est le résultat de choix, de décisions politiques pris par les gouvernements qui se sont succédés.
 
Ce que nous subissons n’est pas une fatalité, c’est aussi le résultat de l’économie actuelle qui est une économie de marché où les dirigeants sélectionnent les activités en fonction du profit que cela leur rapporte (que des gens crèvent ou soient dans la misère, ils s’en moquent).
 
Il est temps de se mettre debout, il est temps pour nous travailleurs salariés, producteurs de biens et de services, Il est temps de réagir.
Il n’y a aucune fatalité.
Tous ces gens cyniques qui nous dirigent continuent leur sale besogne parce que nous ne sommes pas encore débout. Tous ces gens cyniques voudraient qu’on se taise et qu’on accepte.
La CGTM vous demande tous et toutes de préparer sur toutes les habitations, dans tous les bureaux, sur tous les chantiers, dans toutes les entreprises des réunions, des assemblées pour vous prononcer sur la grève revendicative à compter du 5 Février sur les salaires et l’emploi.
 
EXIGEONS : UNE AUGMENTATION
DE 300€ POUR TOUS ET INDEXÉE
SUR LA VARIATION DES PRIX.

Tract a imprimer
 


Le 7 OCTOBRE, RASSEMBLEMENT/DEBAT SUR LA CRISE FINANCIERE ET SES CONSEQUENCES : EMPLOI, SALAIRE…

 
La C.S.I., Confédération Syndicale internationale appelle les salariés de tous les pays à faire de ce jour, une grande journée d’action pour le travail décent.
 
Six Confédérations Syndicales en France appellent à une journée de mobilisation sur les problèmes de salaire, d’emploi, de protection sociale qui frappent les salariés, les chômeurs, et les retraités.
 
Ces problèmes ont tous la même source : l’offensive que mène le patronat contre le monde du travail, des attaques répétées et soutenues du gouvernement pour réduire les droits des travailleurs.
 
Pour toutes ces raisons, la CGTM est solidaire de l’ensemble de ces appels. D’autant que la crise financière et économique aigüe actuelle va aggraver les conditions de vie et de travail des masses laborieuses.
 
Alors que dans la période précédente les salariés dans leurs entreprises respectives ont créé des richesses importantes qui n’ont servi qu’à augmenter les dividendes des actionnaires et à spéculer pour faire de l’argent facile, la CGTM dit que le 7 Octobre est une occasion supplémentaire de montrer que nous les travailleurs en avons assez de payer les frais des différentes politiques menées qui soutirent le patronat et poussent les masses dans la misère.
 
Le 7 Octobre peut être les prémices d’une riposte plus ample de tous les travailleurs.
 
La CGTM convie les travailleurs les chômeurs et retraités à un Rassemblement/Débat MARDI 7 Octobre 2008 sur : « LA CRISE FINANCIERE ET SES CONSEQUENCES, QUELLES ATTITUDES, QUELLES REACTIONS »
 
« UNITE NATIONALE COMME LE PRETEND FILLON OU DEFENSE RESOLUE DE NOS SEULS INTERETS D’EXPLOITES »
 
TOUS A LA MAISON DES SYNDICATS MARDI 7 OCTOBRE
à 18 H 30.


Accueil - La CGTM - Travail - Société - Nos syndicats - Juridique - Se syndiquer - CGTM WEB-TV - International - Contact - Photos - Culture -
© CGT MARTINIQUE